Notre mission au quotidien
pour un entrepreneuriat responsable

Réfléchir Expérimenter Se former S'engager Développer
Rejoindre le CJD

Elections consulaires : pas de listes CJD, mais du CJD partout !

  • le 22 juillet 2016

 
En cette période estivale, la constitution des listes pour les élections dans les CCI locales, départementales et régionales mobilise les dirigeants d’entreprise sur les territoires. Le Centre des Jeunes Dirigeants d’entreprise, mouvement d’entrepreneurs citoyens et engagés, ne présente pas de listes officielles. Paradoxal ? Pas tant que ça !
 
Le CJD favorise depuis sa création en 1938 l’engagement de ses membres (les JD) sur leurs territoires. Les hommes et les femmes formés dans cette véritable école du dirigeant ont ainsi essaimé dans de nombreuses organisations ou institutions sur les territoires (syndicats professionnels, organismes consulaires, CESER, CESE, clubs d’entreprises, Réseau Entreprendre, etc.). En général, on apprécie le professionnalisme et l’engagement d’entrepreneurs qui ont appris au CJD à construire des stratégies, animer des groupes de réflexion, porter des projets collectifs pour le bien commun.
 
Ainsi, on trouve dans de nombreuses Chambres de Commerce et d’Industrie des élus et des Présidents JD ou « anciens JD ». Pour cette nouvelle mandature, de nombreux membres de notre mouvement se sont engagés ou ont été recrutés par les listes « officielles » souvent avec la volonté de rajeunir et féminiser la représentation consulaire. Une liste « hors syndicats patronaux » est même portée, en son nom, par un Jeune Dirigeant.
 
Une ambition commune les rapproche : mettre en œuvre une représentation territoriale des entreprises cohérente avec le quotidien de ces entreprises. Ainsi, dans une étude menée en mai dernier au sein de notre Mouvement, les Jeunes Dirigeants ont dessiné ce qui serait pour eux la représentativité idéale des entreprises sur les territoires. Ils aimeraient une instance apolitique, fédératrice et représentative des entreprises et des réseaux d’entreprises du territoire avec une représentativité proportionnelle aux secteurs d’activité et aux tailles des entreprises, basée sur des mandats courts et non renouvelables et animée par des représentant en activité et en lien avec la réalité et l’actualité des entreprises. Enfin, ils préconisent de sortir des clivages partisans avec des représentants non politisés. Financièrement, l’organe devrait être indépendant de toute subvention publique.
 
Alors pourquoi ne pas déposer des listes officielles du CJD ?
Dans la continuité de nos réflexions menées depuis plusieurs dizaines d’années sur l’engagement citoyen des dirigeants d’entreprises (avec notamment la dimension sociétale de la Performance Globale), nous avons choisi de développer des rencontres sur les territoires avec l’ensemble des citoyens sur des sujets qui ne se cantonnent pas au développement économique. Ainsi, notre première rencontre s’est tenue à Lyon le 5 juillet dernier sur l’Enseignement.
Dans ce monde qui change, nous pensons qu’une réflexion plus transversale est nécessaire, la représentation consulaire n’étant qu’une partie des citoyens, voire une partie des entrepreneurs au regard des taux de participation des élections.
 
Nous regardons ainsi avec attention le « Parlement des entrepreneurs du Var », expérimentation lancée dans le Var avec les CCI locales, avec le CJD Var comme membre fondateur et des associations d’entrepreneurs.
En effet, l’important, c’est l’engagement des entrepreneurs sur leurs territoires, quel que soit le lieu de cet engagement.
Même s’il n’y a pas de liste officielle du CJD, chaque entreprise bénéficiera sans aucun doute de l’engagement d’un ou plusieurs Jeunes Dirigeants. Alors, entrepreneurs, votez aux élections de votre CCI à la rentrée !

Olivier de Pembroke, Président national